image32

Pella (Tabaqat Fahl)

     

Il n'y a peut-être pas   d'autre site en Jordanie ayant la même envergure historique que Pella. Situées   au niveau de la mer, à environ cinq kilomètres de la vallée du Jourdain, les   ruines de Pella représentent un tournant spectaculaire de l'histoire, depuis   les âges de bronze et de fer jusqu'aux Omeyyades et aux Mamelouks. Des   preuves ont été mises au jour indiquant que si Pella a été clairement habitée   pendant au moins les 6000 dernières années, les restes d'une communauté   paléolithique proche ont été trouvés remontant à environ 20 000 ans. Par temps   clair, il est possible de voir jusqu'à Jérusalem et les collines de Haïfa   depuis certaines parties du site.

 

Un site Natoufien a été   trouvé à quelques kilomètres de Pella, à Wadi al-Hammeh, qui remonte à l'âge   de pierre. Il y a des restes de maisons en briques de boue, dont beaucoup   étaient entourées de murs fortifiés. Des armes et des instruments ont été mis   à jour, suggérant que l'homme ancien chassait déjà le sanglier et les gazelles   qui parcouraient cette plaine fertile.

 

Pella a atteint un niveau   de prospérité auparavant inégalé vers le 2ème siècle avant JC. Une histoire,   quoiqu’improbable, déclare qu'Alexandre le Grand a posé les bases de la ville   quand il a marché en route vers l'Egypte; le nom de Pella est celui du lieu   de naissance d'Alexandre. Des pièces de monnaie de Pella et d'autres villes   de l'Est ont été déterrées, indiquant que le commerce y était animé, et deux   châteaux hellénistiques à la périphérie du site soulignent l'importance, à la   fois commerciale et stratégique, de la ville.

 

Pella est rapidement   devenue l'une des villes de la Decapolis, la collection de villes   commerciales romaines reliées par des routes pavées qui comprenaient   Philadelphie (Amman), Gadara (Umm Qais), et Gerasa (Jerash). Cette   confédération de villes dura jusqu'à ce que les Abbassides déplacent le   centre du monde musulman à Bagdad.

 

L'économie reprit à Pella   à l'époque byzantine et à la fin du 5ème siècle, la population de Pella   s'élevait à environ 25 000 personnes. Les armées arabes ont vaincu les   Byzantins à la bataille de Yarmouk en 636 après JC, et le nom de Pella a été   changé en Fahl. Fahl a prospéré sous la domination Omeyyade, bien que les   routes commerciales aient changé et la ville est devenue plus dépendante de   l'agriculture.

 

En 747 après JC, la ville   a subi un tremblement de terre et de nombreux bâtiments se sont effondrés.   Fahl ne s'est jamais vraiment rétablie, bien que la ville soit restée habitée   et soit passée sous la domination mamelouke aux 13ème et 14ème siècles.   Cependant, une fois les Mamelouks partis, la ville devint déserte.

 

Une grande partie de Pella   est encore en train d'être fouillée. Basé sur des dessins de certaines pièces   de monnaie frappées à Pella, on imagine qu’il reste quelques beaux bâtiments   à découvrir, ainsi que de nombreuses mosaïques. Bien que plusieurs   civilisations se soient épanouies en ce lieu, il est instructif de constater   le peu d'effusion de sang qui a eu lieu au fil des ans. Peut-être que la paix   et la sérénité évidentes sur le site font maintenant partie de son caractère   inhérent. Quelle que soit la raison, Pella est un endroit merveilleux pour   explorer et réfléchir.