image23

Madaba

     

La fertilité des plaines   de Madaba en ont fait un endroit stratégique depuis 3500 ans. Convoitée par   de nombreuses civilisations, elle devint une ville nabatéenne. Au cours de   l'époque byzantine, la ville est devenue un évêché et les mosaïques, pour   lesquelles elle est devenue célèbre, y ont été posées. Aujourd'hui, la ville   est toujours célèbre pour ses mosaïques historiques et pour son école de   mosaïque, unique au Moyen-Orient.

 

De nombreuses   civilisations bibliques ont convoité les riches plaines entourant Madaba. En   l'an 106 de notre ère, les Romains en devinrent les gouverneurs, ainsi Madaba   gagna une rue à colonnades et les impressionnants édifices publics d'une   ville de province. Cependant, la ville a, après le tremblement de terre de   747 après JC, été abandonnée pendant environ 1100 ans.

 

Dans les années 1880, les   combats locaux à Karak ont conduit 2000 Chrétiens à s'installer à Madaba.   Quand ils ont commencé à creuser des fondations pour leurs maisons, ils y   découvrirent des mosaïques. Depuis lors, Madaba devint un paradis pour les   archéologues et un cauchemar pour les travailleurs de la construction.

 

Aux environs de 562, de   nombreux sols en mosaïque exquis ont été posés à Madaba, y compris la   chapelle de Saint-Théodore, qui fait maintenant partie de la cathédrale de   Madaba. Dans l'église des Apôtres, un mosaïste nommé Salamanios a réalisé un   chef-d'œuvre. Le sol le plus ancien et le plus célèbre, la carte mosaïque, a   été découvert en 1884 dans l'église grecque orthodoxe de Saint-Georges. Il a   été initialement posé en 560 après JC. Centrée sur Jérusalem, la carte   représente la région avec précision et humour. Les archéologues ont pu   identifier la plupart des 150 sites nommés en raison de la représentation   précise des caractéristiques naturelles telles que le fleuve du Jourdain ou   la mer Morte, ainsi que les étiquettes. Seul un tiers de la carte a survécu.

 

Le parc archéologique est   situé sur les fondations de l'église de la Vierge Marie, et son sol fait   partie de la collection. Une mosaïque trouvée au château d'Hérode à Mukawir   serait la plus ancienne trouvée en Jordanie, datant du 1er siècle avant JC.   Le charmant hall des saisons a été trouvé sous une maison de Madaba. De   l’autre côté de la route romaine préservée, affichant fièrement ses ornières   de roue, se trouvent les fondations de l'église du prophète Elias, construit   en 608 après JC.

 

D'autres opportunités   touristiques abondent. Le palais brulé est une résidence de luxe du 6ème   siècle détruit environ de l’an 749 par le feu et les secousses de la terre,   mais qui possède encore des planchers de mosaïque, représentant   principalement des animaux et des chasses. Le musée de Madaba contient des   bijoux et des costumes ethniques, ainsi que d'autres mosaïques. L'unique   école de mosaïque de Madaba cherche à préserver l'artisanat et à enseigner   les techniques de conservation.

 

Un certain nombre de sites   historiques entourent Madaba. Le mont Nébo appartient aux pères franciscains   et fait partie du chemin de pèlerinage chrétien traditionnel depuis des   siècles. Le chemin traditionnel inclus Jérusalem, le mont Nébo, et un bain à   Hammamat Ma'in, où Hérode se serait baigné. Le nouvel hôtel et le spa font de   ce pèlerinage un moment de confort et de luxe.

 

Madaba est un endroit   inhabituel. De son passé de ville romaine, il est difficile d’en trouver des   preuves maintenant, mais l'influence byzantine définit l'aspect touristique   de la région. Les mosaïques qui ont été posées ici il y a longtemps, et   celles qui sont en train d'être créées maintenant, distinguent Madaba.

 

Le site du baptême du Christ

   I